Ma barre : les contrôles avant le décollage

Juste avant le décollage, j’ai tendance à ne vérifier que les informations basiques :

  • Connection du leash d’aile,
  • Accrochage du chicken-loop,
  • Blocage du finger (tchootch)

Mais il y a d’autres facteurs vitaux que je dois vérifier sur ma barre pour m’assurer d’un décollage en totale sécurité.

Est-ce que je les connais ? Est-ce que je vérifie ces autres données ? Les voici exposées et décortiqués ci-dessous.

 

Je respecte les codes couleurs standard de ma barre


Je vérifie que j’ai saisi ma barre en respectant la codification gauche et la droite.

Rappel: le code couleur réglementaire marin utilisé en kite est le rouge à gauche/babord et le vert à droite/tribord.

Quels sont les risques si ma barre ne respecte pas les codages couleurs ?

Si je vole avec une barre non conforme aux codes, en cas de situation d’urgence, je dispose de très peu de temps pour réagir si je ne suis pas parfaitement habitué à cette barre. Le risque de me tromper et perdre le contrôle de l’aile est majeur.

Et si je prête ou si j’emprunte une barre non standard, c’est un peu comme si je prête ou si j’emprunte une voiture avec la pédale de frein inversée avec la pédale d’accélérateur. Danger !

Sur la photo précédente de la barre Kite Attitude, le codage  rouge/gauche est correct et saute aux yeux, il recouvre toute la barre mais la droite est codée en bleu au lieu du vert.

Les fabricants respectent hélas rarement ces deux codes comme vous pouvez le constater sur la photo ci-dessus. On trouve souvent le rouge à gauche (ou orange), mais très rarement le vert à droite.

Certaines barres utilisent des codes qui leur sont propres ou alors la codification est trop discrète et se retrouve sur les prélignes ou par incrustation dans la mousse de la barre comme ici sur la barre Décathlon codée majoritairement bleu clair/bleu foncé.

 

Astuce: si votre barre n’est pas dotée d’un codage clair et rapide à comprendre, je vous conseille d’ajuster les couleurs de la barre. En la peignant sur les flotteurs ou en rajoutant des codes rouges visuels clairs sur la gauche et vert sur la droite avec quelques tours de rubans adhésifs colorés par exemple.
Si vous avez trouvé une meilleure solution, merci de partager avec les lecteurs de ce tuto dans les commentaires.

Pour les personnes daltoniennes ou mal latéralisées

Plusieurs fabricants dont Flysurfer et Airush ont codé leur barre en imprimant une info sur le dessus au centre de la barre. Cela peut être leur logo ou  « Yes » sur le dessus  « No » ou « Stop » de l’autre côté.

Codage tactile: l’avenir ?

L’idéal serait que les fabricants codent leur barre en réalisant des barres légèrement ovales comme certaines poignées de vélo ergonomiques. Ce système permet de sentir sans même la regarder que la barre est saisie à l’envers. A ma connaissance, en 2021 seul North a produit une telle barre.

 

Je teste mon largueur

Je dois l’activer à chaque sortie pour vérifier son bon fonctionnement et automatiser le mouvement de largage. Je le vérifie en le déclenchant alors que la voile est sécurisée au sol et les lignes détendues.

 

Le bout de bordé/choqué coulisse-t-il correctement dans la barre ?

Mon bout peut ne pas coulisser car il peut s’être entouré autour de ma barre comme sur la photo ci-dessous.

Il n’y a alors plus possibilité de choquer l’aile pour diminuer la puissance. Et la ligne de sécurité ne coulissera pas si je déclenche le largeur. L’aile restera donc bordée en pleine puissance.

Plusieurs raisons peuvent expliquer que le bordé/choqué ait fait une telle boucle. Il suffit par exemple que quelqu’un se soit accroché les pieds dans les lignes alors que la voile était posée au sol.

 

L’extrémité du trim n’est pas coincée et reste saisissable ?

Sur les barres dont l’extrémité du trim est libre (ou flottant), celui-ci peut se coincer quelque part. Une fois l’aile décollée et les lignes avant en tension, il sera impossible de régler mon trim. Sur la barre Kite Inside il faut le velcroiser sur le clam-cleat du trim.

 

Il peut être coincé :

  • entre le bout de bordé/choqué et la ligne de sécurité,
  • entre les deux lignes avant si le Y est près de la barre.

 

 

 

 

Aucune pré-ligne arrière n’est passée derrière ma barre ?

Last but no least, je vérifie que mes deux prélignes arrière partent bien vers l’aile.

Si je décolle avec l’une de mes prélignes passée derrière ma barre, la voile va enclencher une autorotation (un deathloop) potentiellement très très dangereuse sur la plage.

Le diamètre de rotation sera très serré. La voile passera en pleine fenêtre car l’une des lignes arrière sera considérablement raccourcie. Bien plus serrée que si je basculais ma barre pour faire tourner l’aile !

En conclusion, je peux me représenter ma barre comme un cockpit d’avion avant le décollage. Si mes manettes ne sont pas claires, je risque d’avoir un gros problème au décollage et je vais perdre le contrôle de mon aéronef qui risque fort de se crasher avec le pilote entrainé sous son vent vers les obstacles éventuels.

Vos questions et commentaires sont les bienvenues ci-dessous.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close