Comment s'installer sur le spot de kitesurf

Installation sur le spot et choix de la zone de décollage

Public concerné par ce tuto : tous les kitesurfers mais aussi les accompagnants qui vont occuper de l’espace sur la plage.
Lexique
Au vent de: en regardant dans le sens de l’écoulement du vent, se dit de tout objet A qui est situé avant un objet B. Celui qui reçoit le vent en premier est au vent du second objet.
Sous le vent de: se dit de tout objet A qui est situé après un objet B. Celui qui reçoit le vent en second est sous le vent du premier.
Etre surtoilé ou surtoilage: utiliser une aile trop puissante pour les conditions de vent du moment
 

Je choisi la zone technique pour poser mes affaires

Quand j’arrive sur la plage, je prends le temps d’observer tous les éléments qui constituent des obstacles pouvant potentiellement générer des accidents sous le vent de ma position de décollage.
Il ne doit rien y avoir (sacs, boards, personnes, rochers …) sous le vent d’où je décollerai sur une distance d’au moins 3 fois la longueur de mes lignes. Si j’utilise des lignes de 25 m, il doit rester sous mon vent au moins 75 m d’espace libre.
Plus le vent est fort et plus l’espace sous le vent doit être important. Je dois impérativement comprendre lors de mon apprentissage en école comment me mettre correctement en place.
Si j’ai uniquement appris à décoller mon aile depuis un bateau en pleine eau, je n’aurais pas appris à bien me situer sur la plage. Un passage en école pour mettre en pratique ce tuto est plus que conseillé pour acquérir l’autonomie suffisante afin de ne pas me mettre ni exposer les tiers à des risques d’accidents lors du décollage de mon aile.
Il doit aussi y avoir de l’espace libre sur les côtés de la fenêtre de décollage et de vol afin que je puisse me déplacer pour partir à l’eau sans voler au-dessus d’obstacles ou de personnes.
 

Attention l’homme le kitesurfer est un animal très très sociable !

Sociable au point que le premier arrivé sur la plage produit un effet d’aimant sur l’implantation des arrivants suivants qui tendent à rester collés.
Mais ils risquent de rester collés au mauvais endroit si le premier arrivant n’a pas réfléchi et s’est installé au milieu de la zone de décollage potentielle. Et c’est souvent le cas, je me trompe ?
Il peut aussi y avoir l’effet inverse. Ceux qui n’osent pas s’approcher ou veulent s’éloigner pour plus de sécurité. Mais comme la zone de décollage n’a pas été réfléchie on se retrouve alors avec une multitude de confettis sur la plage. Si c’est une zone de kitesurf dense, c’est alors incidents sur incidents. Voir accidents.
Alors comment m’y prendre ?

Choisir l’implantation de mes sacs, ailes, boards et accompagnants

Laisser la zone d’accès (triangulaire) au bord de plage libre
Les promeneurs se déplacent souvent en diagonale pour accéder au bord de l’eau, je dois donc libérer une zone triangulaire qui restera une zone neutre sans kite (Image 1).
 
 
Les promeneurs pourront alors traverser la plage sans que les ailes ne volent au dessus d’eux.
Si il y a plusieurs obstacles présents sur la plage, je détecte la plus grande surface libre et je pose mes affaires le plus au vent de cette zone et juste sous un éventuel obstacle au sol. En kitesurf, on peut difficilement se faire entrainer en marche arrière ☺
Il faudra tenir compte que cet obstacle éventuel peut générer des turbulences s’il est haut. S’éloigner d’au moins 20 x la hauteur de l’obstacle pour faire voler son aile. Sur l’image 2, l’obstacle ne fait que 2 m de haut maxi.
 
Les turbulences ne concerneront donc que la partie de basse de la plage, mais il faudra quand même en tenir compte et ne pas laisser trainer ma voile trop près du sol dans les moments éventuels de pause et pendant les décollages et atteros car le vent sera plus perturbé au niveau du sol que sur une zone totalement dépourvue d’obstacles au vent.
Comment vont s’implanter les autres kitesurfers qui vont arriver après-moi ?
Je croise les doigts pour que les autres kitesurfers respecteront mon organisation et feront comme moi et poseront leurs affaires près des miennes. Faute de quoi , ils vont occuper la zone de décollage et ça va vite être pénible et dangereux pour tous.
Plus il y a de monde sur un spot et plus les kitesurfers sont généralement attentifs à ces préconisations car sinon c’est vite la débandade.
L’inverse étant hélas vrai. Moins il y a de pratiquants sur un spot et moins les gens sont vigilants et attentifs à l’organisation de la zone de décollage et plus ils se posent au plus court en arrivant sur la plage.
Paradoxalement, cette faible fréquentation du spot augmente d’autant le risque d’incidents et d’accidents.
En résumé quand j’arrive sur la plage :
1. je prends le temps de regarder où sont répartis les obstacles (et j’anticipe la marée remontante)
2. je ne m’installe pas dans le triangle neutre d’accès au bord de mer pour les piétons,
3. je m’installe au vent des obstacles mineurs (et je tiens compte des turbulences éventuelles).
Choix de l’emplacement pour poser, gonfler ma voile et monter mes lignes
Cette étape me demande une certaine gymnastique d’esprit loin d’être évidente pour les débutants car il me faut visualiser la fenêtre de vol à venir sur le spot.
Si je n’arrive pas à comprendre je peux découper une fenêtre de vol vu d’hélico dans un bout de carton pour la poser au sol en dessinant la plage en modèle réduit pour mieux comprendre (si je connais d’autres astuces sympas pour visualiser ma fenêtre sur la plage, je peux les partager dans les commentaires ci-dessous…)

Attention décision contre-intuitive : de quel côté dois-je décoller mon aile ?

Quel est le côté le plus sûr pour décoller mon aile ? Le pilote côté eau ou l’aile côté eau ?
La quasi totalité des personnes sondées sur le groupe Apprendre le kitesurf en sécurité: réviser les bases avec Laurent s’est trompée en répondant « décoller l’aile côté eau est plus sûr».
La décision la plus prudente est pourtant dans 95 % des cas de décoller avec le pilote le plus proche possible de l’eau (voir les pieds dans l’eau sur les spots étroits).
Se rapprocher de l’eau éloigne arithmétiquement d’autant le pilote des obstacles à terre (dunes, rochers, digues, arbres, ganivelles, parkings, bâtiments…)
Pourquoi la quasi-totalité des personnes interrogées se trompe-t-elle ? Parce qu’intuitivement nous pensons être tracté du côté où décolle l’aile.
Or quand on perd le contrôle de son aile, c’est parce que celle-ci part en pleine fenêtre et traverse la zone de puissance.
Le plus grand danger réside dans une aile qui se met en autorotation (aussi appelé death-loop). La trajectoire globale au sol du pilote au sol avant que la voile ne percute le sol suivra à peu près l’axe du vent puisque elle tourne autour de l’axe imaginaire de l’écoulement du vent (image 3).
 
En me rapprochant du bord de l’eau, je dispose de 2 ou 3 fois la marge de sécurité avant de percuter l’obstacle sous le vent (ici la dune). Je dispose donc d’autant plus de temps pour reprendre le contrôle de mon aile ou activer mon largueur. Les images suivantes permettent de constater que l’espace sous le vent est bien plus réduit dans le premier cas où je suis situé près de la dune et je décolle l’aile du côté de  l’eau.
 
 

 

Attention: les cas de figure des plages étroites ou jonchées d’obstacles ne sont pas évoqués ici puisque cet ensemble de tutos est destiné à des débutants et faux-débutants.
Il ne viendrait à personne l’idée d’emmener un débutant skieur sur une piste noire ?
Il en va de même pour certains spots qui nécessitent une très bonne expérience initiale de décollage sur sites simples sécurisants avant de s’y aventurer.

Et si je décolle surtoilé (avec une aile trop puissante), décoller l’aile côté terre est-elle toujours la meilleure technique ?

Ici je consulte des tutos dédiés aux apprentis, décoller surtoilé n’est pas du tout, mais pas du tout recommandé car je vais rajouter de la puissance à l’aile dès que je vais prendre de la vitesse sur l’eau en créant du vent relatif.
L’élite du kitesurf a une toute autre approche car elle est passée par les phases d’apprentissages. Laissons-là décider selon les circonstance de ce qui est le plus sûr pour elle. En attendant de devenir un expert, je respecte ces préconisations, ce qui me permettra de décoller « safe » sans passer par la case hôpital.
 
Les procédures de préparation des différents types d’ailes sont très différentes, pour la suite je consulte le tuto adapté à mon type d’aile.
 
Et comme d’habitude, toutes les questions sont les bienvenues et un « j’aime » sur la page Kite Inside permettra de faire mieux connaître l’école

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close