Redécollage d’une aile à caissons

Redécollage d’une aile à caissons

Public concerné par ce tuto : toute personne qui est en phase d’apprentissage d’une aile à caissons fermés.

Ailes concernées: ce tuto concerne uniquement les voiles marines disposant de clapets sur les entrées d’air. Ces clapets permettent à l’aile de garder son air quand elle est posée sur l’eau. Ce tuto ne concerne donc pas la famille des caissons ouverts qui sont des voiles à usage terrestre. Ce tuto ne concerne pas les ailes à caissons fermés archées sans bridage Peter Lynn.

Lexique

 Allongement ou AR (Aspect Ratio) ou ratio: la forme de l’aile, plus elle est fine et de grande envergure (forme banane plutôt que ballon de rugby), plus ses performances pures seront élevées mais plus elle sera technique à piloter. La formule est le carré de l’envergure divisé par la surface portante. E2/S

Intrados : surface du dessous de la voile qui me fait face

Extrados : surface du dessus de la voile

Qualité du spi marine et redécollabilité

Selon la construction, la qualité hydrophobique du matériau utilisé, une aile à caisson marine peut redécoller de 5 mn à + de 20 mn après un crash. Cela est valide si et seulement si vous n’avez pas fait rentrer massivement de l’eau par les entrées d’air.

Comment ne pas faire rentrer de l’eau dans une aile à caisson par les entrées d’air?

Si la voile s’est mise à plat sur son intrados -situation assez rare- il ne faut surtout pas la tirer car les entrées d’air vont agir comme des écopes. L’eau va alors rentrer massivement par les entrées d’air qui vont transformer votre voile en Canadair. En général une voile posée sur son ventre va redécoller à la moindre risée. Il suffit de la suivre à la vitesse du courant de surface et attendre le vent. Sinon, il faudra aller vers la voile et la mettre sur son dos pour la plier.

Comment évacuer l’eau d’une aile à caisson ?

Beaucoup d’eau (des dizaines de litres)

Si par inadvertance vous aviez oublié le conseil du paragraphe précédent et que vous avez l’équivalent d’une baignoire d’eau dans votre voile voici comment faire. Sortir la voile très progressivement de l’eau par la plage (ou en bateau) sans forcer sinon vous allez déchirer les coutures.

L’eau va s’échapper par les drainages des oreilles. Pensez aussi à ouvrir la ou les sorties d’air qui peuvent permettre d’évacuer l’eau bien plus rapidement. Et soyez patients. J’y ai passé 30 mn quand ça m’est arrivé…

 2 ou 3 litres d’eau

Les voiles sont équipées de systèmes de drainage pour évacuer l’eau qui serait rentrée accidentellement dans l’aile (capture 11). En vent léger je laisse d’abord ma voile s’égoutter correctement au ras de l’eau avant d’essayer de la faire monter en bord de fenêtre. Une voile chargée d’eau risque de mal voler et de vous faire des crasses.

Les différentes configurations d’une aile à caisson posée  sur l’eau

La voile est posée sur son bord d’attaque

Surtout ne pas reculer, c’est très tentant quand on a pied, mais vous allez faire rentrer l’eau par les entrées d’air en graaaande quantité et ça ne pourra plus redécoller.

Et surtout ne pas avancer (non plus !) sinon la voile risque de basculer sur son dos puis de se faire soulever par le dessous et va décoller et voler à l’envers.

Mais si elle venait à redécoller sur son extrados ainsi, tout n’est pas perdu car elle est très instable dan cette configuration, elle va finir par pivoter au bout de quelques secondes d’un côté ou de l’autre, il faut alors l’accompagner pour qu’elle se retrouve à plat ventre sur son intrados. A ce moment là, avancer légèrement en poussant la barre, cela l’aidera soit à redécoller directement soit à la faire basculer sur le bord de fuite. 5/6 nœuds suffisent pour la remettre en position sur le bord de fuite.

Si le vent est suffisant il suffit sur certaines ailes de tirer un arrière (captures 3 et 4) ou mieux encore de tirer les deux prélignes arrières (captures 1 et 2) et d’en relâcher une pour que la voile pivote et reparte vers le haut.

 La voile est posée sur le bord de fuite (captures 9 et 10)

 Il suffit de saisir le border-choquer sous le trim et de tirer fermement pour déclencher le redécollage mais surtout ne pas tirer la totalité de la barre ce qui aurait tendance à bloquer le bord de chute dans l’eau.

La voile est bloquée en portefeuille (Captures 5,6,7,8)

Quand le vent est léger, l’eau tend à faire adhérer les deux surfaces de l’aile. Mais pas de panique. Quand la voile se retrouve dans cette position, souvent il suffit d’attendre une risée pour que l’air s’engouffre quelque part. Si ça ne marche pas dans les 30 s, je bouge ma voile de manière à chercher un appui sur le vent qui soulèvera l’une des parties de la voile et l’aidera à se redéployer. Généralement elle finit sur le bord d’attaque. Sur la séquence sélectionnée ici, elle s’est retournée sur le bord de fuite. C’est assez rare. Mais il faut savoir profiter de l’occasion quand elle survient pour la redécoller.

Des brides avant sont passées derrière le bord d’attaque

 Aïe, aïe, la pire des situations, mais tout n’est pas perdu. Dans ce cas, je saisi l’une des lignes arrière pour faire glisser la voile dans mon axe afin d’aider les brides à sauter et se remettre en place à l’avant de la voile. Une fois le bridage remis en place, choisir l’une des techniques présentées ci-dessus.

La voile a fait une cravate ou un nœud papillon

Ben là, c’est la limite, je suis marron et bon pour rentrer en Natakite. Mais comme j’ai choisi une voile qui n’est pas trop technique, ça ne devrait va pas arriver trop souvent 😉 Balbox affirme qu’avec de la patience et de la technique on peut même sortir une cravate. Comme quoi, mieux vaut une voile un peu moins performante mais avec laquelle on rentre toujours au bord en naviguant sans cravater.

Une philosophie intéressante : la reconstruction d’une aile par Balbox de LesFoilz.com

Une des notions importantes qui me guide dans le dépatouillage d’une aile, qu’elle soit au sol ou en l’air, c’est repérer une zone où l’aile se présente bien : ou l’intrados te fait face. Si possible une surface importante (s’il y a plusieurs zones, j’ai tendance à choisir la plus grande).
Puis, tu cherches à propager cette zone, en te servant de la surpression du vent sur l’intrados, pour déplier les zones adjacentes au fur et à mesure.
Et tu reconstruits ensuite ton aile. De très gransd débattements (plus d’un mètre) sont parfois nécessaires sur certaines lignes pour cela (les arrière surtout). Et comme ces débattements vont faire pivoter l’aile, ou faire sortir l’aile de la zone adéquate de la fenêtre, il faut procéder par alternance. Un grand tirage pour déployer une petite zone, l’aile vire trop vers un bord de fenêtre, la recaler, puis re-tirer un long coup, etc..

 A retenir

  • Les voiles à ratio moyen font moins de fermetures, s’emmêlent moins et redécollent plus facilement,
  • Ne jamais reculer dans l’eau,
  • Quand tout semble perdu, tout peut s’arranger, il faut patiemment reconstruire son aile pour la faire repartir.

Questions bienvenues, à vos commentaires.

Sources

https://www.youtube.com/watch?v=v4_ge-oQzYs

https://www.youtube.com/watch?v=PmgsK01t1gs

https://www.youtube.com/watch?v=e2Gmw82Xlk8

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close